Archives de catégorie : Thèmes pour les nouvelles et événements

Logo du mouvement national Employeurs engagés pour la réussite éducative

Soutenir l’engagement des employeurs en persévérance scolaire

Les employeurs sont des acteurs clé de la persévérance scolaire des jeunes.

C’est pourquoi le Réseau québécois pour la réussite éducative lance aujourd’hui le mouvement national Employeurs engagés pour la réussite éducative, qui vise à sensibiliser et à accompagner les employeurs du Québec dans leur rôle face à la réussite éducative.

Logo du mouvement national Employeurs engagés pour la réussite éducative

 

-> Visitez le site
-> Visitez la page Facebook

Plusieurs moyens d’agir, plusieurs bénéfices

Entre autres, le site Web du mouvement met à la disposition des employeurs de l’information, des outils et des astuces pour soutenir leur engagement envers la réussite éducative, qui peut se concrétiser de plusieurs façons :

  • Adopter de bonnes pratiques de gestion des employés étudiants
  • Accueillir des stagiaires
  • Favoriser le retour aux études et à la formation continue des employés
  • S’impliquer au sein de projets liés à la persévérance scolaire dans les milieux

En retour, les entreprises ont beaucoup à gagner de cet engagement :

  • Se positionner comme un employeur de choix pour les personnes ayant un projet d’étude ou un statut d’étudiant
  • Participer à la formation d’une relève qualifiée, donc au développement économique de la communauté
  • Avoir de meilleurs résultats quant à l’attraction et la rétention des ressources humaines
Un engagement indispensable pour réduire les risques de décrochage liés à l’emploi

L’engagement des employeurs est d’autant plus important considérant le contexte actuel de rareté de main-d’œuvre, qui peut poser un risque pour la persévérance scolaire des élèves et des étudiants.

En effet, l’accès facilité à des postes requérant peu de qualifications pourrait inciter des jeunes à quitter l’école pour occuper un emploi à temps plein. Cette situation est non seulement nuisible à la progression de la diplomation, elle compromet également l’avenir du jeune puisque les prévisions du marché du travail signalent que la part des emplois peu qualifiés est appelée à diminuer, notamment en raison de l’automatisation.

Le jeune décrocheur qui verra ainsi son poste aboli risque d’avoir de la difficulté à trouver un nouvel emploi dans un marché du travail dont les postes exigent de plus en plus des études professionnelles, collégiales ou universitaires.

Les employeurs peuvent aider à réduire ce risque en favorisant la réussite éducative des jeunes, participant de ce fait à la réduction du coût du décrochage scolaire, qui a des répercussions sociales et économiques considérables pour l’ensemble de la société.
Logo du mouvement national Employeurs engagés pour la réussite éducative

 

 

 


Un mouvement piloté par :

Logo du Réseau québécois pour la réussite éducative

 

 

 

Avec la précieuse collaboration de :

 

 

Le mouvement est porté par les instances régionales de concertation.

Boulier

Mise à jour des coûts du décrochage scolaire

Le décrochage scolaire prive l’économie montréalaise de 593 millions $

Une perte de productivité équivalent à 593 millions $, voilà l’un des constats de la mise à jour des coûts de l’abandon scolaire.

Cette analyse a été réalisée dans le cadre d’une nouvelle étude sur la persévérance scolaire et la conciliation études-travail en contexte de pénurie de main-d’œuvre.

Les données actualisées permettent de faire le portrait de conséquences économiques et sociales lourdes, à la fois pour l’individu et pour l’ensemble de la société :

  • Une économie plus fragile
  • Une augmentation des coûts de soins de santé
  • Une hausse des coûts liés à la criminalité
  • Un accroissement des inégalités entre les classes sociales et les sexes
  • Etc.
Pour plus de détails sur les coûts du décrochage :

Image de l'infographie sur le coût du décrochage scolaire

 

Consultez l’infographie

Consultez le texte intégral, aux pages 39 à 47 de l’étude

 

 

Des projets PAR et POUR les jeunes, à la mémoire de M. Francis Culée

Cinq projets inspirés par la conviction d’un grand homme et élaborés par les associations étudiantes des commissions scolaires pour favoriser la persévérance scolaire de leurs pairs.

Francis Culée

En 2014, le milieu de l’éducation a perdu l’un de ses plus grands passionnés, M. Francis Culée. Tout au long de sa carrière et de son mandat à la direction montréalaise du ministère de l’Éducation, M. Culée a été guidé par la motivation de venir en aide aux jeunes, particulièrement ceux faisant face à des défis qui les poussent à quitter prématurément l’école. À son décès, ses proches ont souhaité honorer cette préoccupation en recueillant des dons pour la réalisation de projets auprès des jeunes.

« Francis avait la ferme conviction qu’il fallait mettre tout en œuvre pour établir des partenariats avec ces jeunes et leur donner l’occasion de s’impliquer dans des projets mobilisateurs dont ils seraient les acteurs. Selon lui, là était la clé pour qu’ils puissent reprendre confiance en eux, envers les autres et, peu à peu, en leur avenir. »

– Mme Marianne de Macar, veuve de M. Culée

Mandaté pour coordonner l’organisation de ces initiatives, Réseau réussite Montréal a approché les associations étudiantes des cinq commissions scolaires de l’île de Montréal pour les accompagner dans la mise sur pied du projet de leur choix, avec un budget de 1 000 $, pour favoriser la persévérance scolaire de leurs pairs.

C’est avec beaucoup de fierté que nous présentons le bilan des projets réalisés par et pour les jeunes dans les commissions scolaires de la Pointe-de-l’Île, de Montréal, English-Montréal, Lester-B.-Pearson et Marguerite-Bourgeoys.


La transition primaire-secondaire et la confiance en soi à l’école primaire St. Gabriel

Commission scolaire English-Montréal
(28 mai 2018)

Une soixantaine d’élèves de 6e année de l’école St. Gabriel à Pointe-Saint-Charles ont participé à une activité visant à faciliter le passage primaire-secondaire et à accroître la confiance en soi. À travers différents jeux d’équipe et discussions de groupe portant sur ces deux thèmes, les élèves, accompagnés de la direction de l’école, d’enseignants, du commissaire scolaire et de différentes personnes-ressources de la commission scolaire, ont été appelés à parler d’eux-mêmes et à travailler en équipe. L’activité a permis de témoigner de l’engagement, de la motivation et du positivisme des élèves !

Activité à l'école St. Gabriel

Crédit : Commission scolaire English-Montréal


Projet ReVert dans les écoles secondaires de la CSPI

Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île 
(6 février 2019)

L’association des élèves du secondaire de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (AESCSPÎ) a choisi de mettre en place le projet ReVert, qui a été inauguré le 6 février à l’école Jean-Grou. Pour l’occasion, une vingtaine d’élèves montrant des signes d’une baisse de motivation dans leur cheminement ont été invités à assister à une conférence prononcée par un ancien élève de l’école, M. Alain David, qui a partagé les stratégies qui lui ont permis de surmonter les difficultés liées à la perte de la motivation et de terminer ses études. Les élèves ont aussi participé à une activité dans la grande serre de l’école, durant laquelle ils ont mis en pot des boutures qu’ils devront entretenir jusqu’à la fin de l’année. Cette activité se veut une source de motivation pour inciter les jeunes à continuer à fréquenter l’école afin de voir leur plante grandir.

Projet Revert - CSPI

Crédit : Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île


Journée leadership à la CSLBP

Commission scolaire Lester-B.-Pearson
(18 janvier 2019)

L’activité Senior Leadership Day a été organisée par le comité central des élèves (Central Students Committee) dans le but de permettre à des élèves des différentes écoles de la commission scolaire de réseauter et d’apprendre ensemble. Ainsi rassemblés à l’école Lakeside Academy, 300 élèves du 2e cycle du secondaire (soit 25 élèves par école) ont participé à une journée de discussion, d’ateliers et d’activité physique. Cet événement, animé par les membres du comité central d’élèves, a débuté par une conférence sur l’inclusion donnée par Nick Foley, fondateur de Good Sport et de l’organisme Move for Inclusion, et co-fondateur de l’initiative WE BE US.

LBPSB Leadership Day

Crédit :  Commission scolaire Lester-B.-Pearson


Reconnaissance des jeunes persévérants à la CSMB

Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys
(Février – juin 2019)

Par ce projet en cours depuis le mois de février, cinq écoles secondaires de la CSMB (écoles Saint-Georges, Saint-Louis, Cavelier-De LaSalle, Monseigneur-Richard et Dalbé-Viau) souhaitent souligner les efforts de 20 jeunes méritant une mention spéciale pour la persévérance dont ils ont fait preuve tout au long de l’année. Des prix ont été ou seront remis aux lauréats (selon les calendriers des activités des différentes écoles) sous la forme d’une bourse ou d’un certificat-cadeau, soit à l’occasion d’un brunch, de la cérémonie des finissants ou, dans plusieurs cas, aux galas méritas qui auront lieu à la fin de l’année.

Lauréats - école Dalbé-Viau

Les lauréats de l’école secondaire Dalbé-Viau
Crédit : Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys

Prix Francis Culée - Collège Saint-Louis

Remise du prix Francis Culée au Collège Saint-Louis
Crédit : Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys


Tous ensemble pour la persévérance

Commission scolaire de Montréal
(7 juin 2019)

Cette soirée a eu lieu à l’école secondaire Louis-Riel pour célébrer les accomplissements de 25 élèves qui se sont démarqués par leur persévérance tout au long de l’année malgré les difficultés rencontrées. Les élèves, en provenance de différentes écoles de la commission scolaire, ont chacun reçu un certificat et une carte-cadeau. La cérémonie a été suivie d’un souper.

Soirée Tous ensemble pour la persévérance - CSDM

Crédit : Réseau réussite Montréal

 

 

 

 

 

Journée d’ateliers sur les jeunes lecteurs

Mettre les expertises en commun, échanger sur les pratiques, partager les questionnements, les défis et les pistes de solution.

Journée d’ateliers de type « classe de maître » sur les jeunes lecteurs du 21e siècle 

66 acteurs de tous les milieux se sont réunis le 10 avril 2019 au Centre St-Pierre pour échanger en petits groupes sur les défis de la promotion de la lecture auprès des jeunes dans le cadre de trois ateliers thématiques menés par des experts du domaine.

Dans chacun des ateliers, les participants ont eu l’occasion d’approfondir leurs connaissances, d’échanger sur leurs pratiques et leurs réalisations et de partager leurs questionnements ainsi que leur expertise.

Soucieux d’assurer la meilleure expérience possible aux participants, Réseau réussite Montréal a limité les places disponibles à l’événement, mais compte se repencher sur les échanges pour faire connaître les enjeux, les défis et les pistes qui ont émergé des discussions. Restez à l’affût des suites qui seront données à la journée d’ateliers !


LES ATELIERS THÉMATIQUES

Atelier A :
Le développement des compétences en littératie, c’est l’affaire de toutes et tous !

Olivier Dezutter
Professeur titulaire
Département de pédagogie de la Faculté d’éducation
Université de Sherbrooke

Codirecteur du Collectif de recherche sur la continuité des apprentissages en lecture et en écriture

Les compétences en littératie sont aujourd’hui considérées comme essentielles à la réussite éducative, à l’épanouissement personnel et professionnel ainsi qu’à la pleine participation citoyenne. Or, leur développement nécessite l’engagement de toutes et tous. À partir de la présentation d’un cadre de référence relatif à la littératie, Olivier Dezutter a lancé les discussions en proposant des exemples de situations de contact avec l’écrit riches et variées, dans des contextes multiples, scolaires et extrascolaires, mettant à contribution une grande diversité d’acteurs.


[Téléchargez la présentation]

 

Atelier B :
La lecture et le défi de la diversité linguistique et culturelle

Françoise Armand
Professeure titulaire
Département de didactique
Université de Montréal

Expertise en enseignement du français en milieu pluriethnique et plurilingue

Afin d’alimenter les échanges entre participants et conférencière, Françoise Armand a présenté quelques fondements théoriques et concepts clés en lien avec la valorisation et l’apprentissage de la lecture et de l’écriture en milieu pluriethnique et plurilingue, notamment au préscolaire et au primaire. Des exemples de pratiques ont permis de concrétiser ces concepts et de donner lieu à des discussions autour de projets dans différents milieux. La question des élèves allophones issus de l’immigration en situation de grand retard scolaire a également été abordée.


[Téléchargez la présentation]

 

Atelier C :
La littératie sans frontières entre le réel et le virtuel !

Nathalie Lacelle, Ph.D.
Professeure de littératie médiatique
Département de didactique des langues
Université du Québec à Montréal

Titulaire de la Chaire de recherche UQAM en littératie médiatique multimodale

Plutôt que d’entraîner la disparition de l’écrit, comme le prédisaient certains, le numérique n’a en réalité qu’étendu le champ du lisible et de la création. Ainsi, il est possible de s’informer, de se divertir, de communiquer et de réfléchir à partir d’une multitude de médias mixant l’image, le son et l’écrit, sur différents supports, souvent mobiles. Dans ce contexte, lire et écrire engagent nécessairement de nouvelles compétences. En plus de présenter ces compétences, plusieurs exemples ont été mis de l’avant pour illustrer la manière d’encourager des pratiques stimulantes et diversifiées d’accès à l’information et à la culture. Cet atelier a également été l’occasion d’échanger sur des projets innovants de littératie médiatique en contexte numérique réalisés dans différents milieux.


[Téléchargez la présentation]

 


Merci à nos experts passionnés !

 

 

 

Et à nos participants engagés !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Cet événement a été réalisé grâce à la participation financière de :

 

 

Toutes les photos sur cette page ont été prises par Maryse Boyce, photographe.

 

Des nouvelles données pour Persévérer dans l’égalité !

RRM est fier de vous présenter l’édition montréalaise du guide Persévérer dans l’égalité !, qui a été mis à jour afin de refléter les réalités de la persévérance scolaire des filles et des garçons à Montréal à l’aide des données les plus récentes et de nouveaux savoirs sur la question de l’égalité filles-garçons.

Le guide comprend:

  • Le livret Les savoirs-clés, qui dresse un état des lieux des connaissances sur le décrochage scolaire des filles et des garçons
  • 8 fiches thématiques, qui approfondissent certains thèmes, proposent des pistes pour agir et des ressources
  • Le livret Utiliser le guide, qui offre des pistes pour s’orienter et met à disposition des outils pour accompagner l’appropriation du guide

Ce projet a été réalisé grâce au soutien financier du Secrétariat à la condition féminine.

Consultez l’édition montréalaise du guide Persévérer dans l’égalité !

Invitation : Le décrochage scolaire chez les filles à Montréal

Matinée – conférence | Le jeudi 15 mars 2018

Le décrochage scolaire chez les filles à Montréal

Un regard sur les enjeux et les perspectives du décrochage scolaire des filles, pour une plus grande égalité filles-garçons en persévérance scolaire.

Conférencière

 

Véronique Dupéré, Ph.D.
Professeure agrégée, École de psychoéducation
Université de Montréal

 

À l’occasion de cette conférence, Mme Dupéré présentera de nouveaux résultats sur ce qui caractérise le décrochage scolaire selon le sexe, plus précisément sur les circonstances de vie précipitant le décrochage des filles et des garçons.

Ces résultats proviennent d’une étude réalisée dans 12 écoles secondaires de Montréal et de ses environs, où 545 entrevues ont été réalisées auprès de jeunes. Cette recherche vient d’être primée parmi les 10 découvertes scientifiques de l’année 2017 par Québec Science.

Panélistes

Joanne Bertrand
Vice-présidente au secrétariat et à la trésorerie
Fédération autonome de l’enseignement

Le décrochage scolaire des filles est-il aussi marginal qu’on semble le croire ? Les causes et les conséquences du décrochage scolaire sont-elles les mêmes pour les filles que pour les garçons ? Des réponses à ces questions seront abordées pour lever le voile sur cette réalité trop souvent occultée.


Isabelle Archambault, Ph.D.
Chaire de Recherche du Canada sur l’École, le Bien-être et la Réussite Éducative des Enfants
Professeure agrégéeResponsable des études supérieures, École de Psychoéducation
Université de Montréal

Présentation d’un portrait de la persévérance et de la réussite éducative des filles issues de l’immigration et, plus particulièrement, des filles fréquentant des écoles montréalaises en milieux défavorisés.


Hélène Charron, Ph.D.
Directrice à la Direction de la recherche et de l’analyse
Conseil du statut de la femme

Présentation des résultats d’une recherche sur l’état des inégalités de sexe en milieu scolaire, sous l’angle de la réussite éducative des filles. Seront également abordés : les interactions entre le personnel enseignant et les élèves, les contenus éducatifs proposés aux jeunes dans les programmes et les manuels scolaires ainsi que la socialisation des jeunes entre eux, notamment dans le cyberespace.


Martin Sigouin
Directeur-adjoint
École secondaire Antoine-de-Saint-Exupéry

Présentation des différentes stratégies d’intervention qui ont été mises en place à l’école secondaire Antoine-de-Saint-Exupéry dans le but de soutenir la persévérance scolaire chez les filles en milieu multiethnique et défavorisé. Ces actions touchent plusieurs facteurs de protection qui préviennent le décrochage scolaire des filles.


Information pratiques

Matinée-conférence « Le décrochage scolaire chez les filles à Montréal »
Le jeudi 15 mars 2018, de 8 h 45 à 12 h 30  |  Accueil et réseautage dès 8 h
Espace Fullum  |  1431, rue Fullum, Montréal

Votre matinée :

  • Conférence de madame Véronique Dupéré
  • Présentations et réactions des quatre panélistes
  • Ateliers de travail sur des pistes d’action

 

Confirmez votre présence

 

Des questions sur cet événement ?

Sylvia Loranger – Chargée de projet « Persévérer dans l’égalité ! » – (514) 208-0835

 

Cette conférence est réalisée grâce à la participation financière de :

Élèves

79,8 % des jeunes montréalais obtiennent un premier diplôme

Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur vient tout juste de publier une mise à jour des taux de diplomation des élèves de la province.

On y apprend, entre autres, que le taux de diplomation (après 7 ans) des jeunes montréalais est passé de 78,1 % (2015) à 79,8 % (2016) !

Consultez le rapport Diplomation et qualification – Par commission scolaire au secondaire – Édition 2017, du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur

Portrait inédit de l’expérience vécue par les jeunes vulnérables au décrochage

Un sondage Léger exclusif, effectué à la demande du Réseau des Instances régionales de concertation sur la persévérance scolaire et la réussite éducative du Québec et avec le soutien financier de la Fondation Desjardins, a été dévoilé à l’occasion des JPS 2018.

Ce sondage, réalisé auprès de Québécois de 18 à 34 ans ayant vécu une situation problématique en lien avec la persévérance scolaire (personnes ayant décroché, ayant pensé à décrocher ou ayant raccroché), présente un portrait inédit de l’expérience vécue par ces jeunes.

Consultez les résultats du sondage.

Égalité filles-garçons: un article dans «Le Devoir»

Les stéréotypes sexuels peuvent nuire au développement du plein potentiel des enfants.

C’est ce que souligne l’article « Égalité filles-garçons – Petit guide pour éviter les stéréotypes sexistes en classe », du quotidien Le Devoir, publié à l’occasion de la rentrée scolaire.

Ce constat, ainsi que d’autres présentés dans ce texte, sont tirés du guide Persévérer dans l’égalité, produit par RRM et Complice persévérance scolaire – Gaspésie-les-Îles.

 

Qu’est-ce qu’un stéréotype sexuel ?

Un stéréotype sexuel est l’attribution de rôles, de comportements ou de caractéristiques à des personnes en fonction de leur sexe, sans égard à leur individualité.

Pendant l’enfance, les valeurs, normes, codes symboliques et conduites, véhiculés par l’entourage et l’environnement, sont appris et intériorisés. La socialisation ne passe pas seulement par les interactions (avec les adultes et les pairs), mais aussi par l’environnement différencié offert aux filles et aux garçons (ex.: vêtements, jouets, films, livres, etc.).

Cette socialisation différente (interaction, environnement) conduit à des rapports sociaux inégaux entre les hommes et les femmes.

Le saviez-vous ?

  • Nous avons toutes et tous des attitudes et des attentes différentes (bien souvent inconscientes) vis-à-vis des enfants selon leur sexe.
  • Cette socialisation différente renforce les stéréotypes sexuels chez les enfants qui les intériorisent.
  • Les garçons et les filles qui adhèrent le plus à ces stéréotypes sont ceux qui décrochent le plus.

-> Par conséquent, les chances de réussite scolaire s’améliorent quand on diminue les références aux stéréotypes sexuels chez les jeunes.

 

POUR EN SAVOIR PLUS 

>> Lire l’article « ÉGALITÉ FILLES-GARÇONS – Petit guide pour éviter les stéréotypes sexistes en classe » (Le Devoir, 26 août 2017)

>> Consulter le guide Persévérer dans l’égalité (Réseau réussite Montréal) 

RRM: finaliste, prix Égalité Thérèse-Casgrain

 

 

 

Réseau réussite Montréal est très fier d’avoir été l’une des organisations en lice pour le prix Égalité Thérèse-Casgrain 2017, catégorie Modèles et comportements égalitaires, avec le projet Persévérer dans l’Égalité, portant sur l’égalité filles-garçons et la persévérance scolaire.

Ce prix, remis par le Secrétariat à la condition féminine, reconnait des projets qui poursuivent l’objectif de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Pour en savoir plus sur ce prix et en connaître les lauréats, visitez le site Internet du Secrétariat à la condition féminine du Québec.

La persévérance scolaire: influencée par la socialisation sexuée

L’objectif global du projet Persévérer dans l’égalité est d’améliorer les pratiques en persévérance scolaire en travaillant sur la dimension sexuée du phénomène, car les études ont confirmé que :

  • les chances de réussite scolaire des filles et des garçons s’améliorent quand on diminue les références aux stéréotypes sexuels chez les jeunes;
  • les élèves qui adhèrent le plus aux rôles sociaux de sexe sont ceux qui décrochent le plus.

Le guide Persévérer dans l’Égalité, principal outil du projet,  propose des savoirs-clés et des pistes d’actions pour prévenir la formation et l’intériorisation des stéréotypes sexuels afin d’améliorer l’efficacité des initiatives visant la persévérance scolaire des filles et des garçons.

 

Le projet Persévérer dans l’Égalité – phase 2

Le Secrétariat à la condition féminine a récemment confirmé son appui à la phase 2 du projet, qui visera à soutenir les acteurs de la persévérance scolaire dans une démarche de changement de pratiques en ce qui a trait à l’égalité filles-garçons.

Ce projet prendra la forme d’activités de sensibilisation favorisant une meilleure compréhension de l’incidence des stéréotypes sexuels sur le parcours et la diplomation des jeunes, et d’activités de formation-accompagnement ayant pour but d’inciter les acteurs à adopter une approche prenant en compte les réalités et besoins différents des filles et des garçons.

Le projet Persévérer dans l’Égalité a été porté par Réseau réussite Montréal et Complice – Persévérance scolaire Gaspésie-Les Îles, en partenariat avec la Table de Concertation des groupes de femmes de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, et rendu possible grâce au soutien financier du Secrétariat à la condition féminine.

 

Pour toute question concernant le projet Persévérer dans l'égalité, communiquez avec

Mireille Aubin, poste 201
514 - 286 - 2346