Climat scolaire

  • Facebook
  • Twitter
  • E-mail

L’école est le principal milieu de vie des jeunes. Le climat scolaire est une représentation collective de l’expérience de vie à l’école. Il se compose des relations entre les personnes, de l’enseignement et de l’apprentissage, de la sécurité, de l’environnement physique et du sentiment d’appartenance. L’établissement et le maintien d’un climat scolaire positif sont associés à de meilleurs apprentissages scolaires et sociaux, à une meilleure réussite scolaire, à des taux de diplomation supérieurs et à une plus grande stabilité des équipes-écoles. La qualité du climat scolaire est une responsabilité collective partagée qui incombe au personnel scolaire, aux élèves, aux parents et à la communauté.

Pistes d’action efficaces

  • Établir et entretenir des relations harmonieuses entre les personnes de l’école et de la communauté.
  • S’assurer de la qualité de l’enseignement et des apprentissages.
  • Assurer un climat de sécurité et de justice dans l’école et autour de l’école, sur les plans tant physique que matériel et psychologique.
  • Offrir un environnement physique propre, attrayant et agréable, ainsi que du matériel adéquat aux jeunes et aux membres de la communauté qui fréquentent l’école.
  • Développer le sentiment d’appartenance des jeunes et de la communauté envers leur école.
Notes

Source : Réunir Réussir

Documentation

Quelques données essentielles en persévérance scolaire

  • 78,1 %

    des élèves montréalais obtiennent un premier diplôme.

    Une amélioration de 10,4 % depuis 2009.

  • 18,1 %

    des jeunes montréalais décrochent avant d’avoir obtenu un premier diplôme.

    Une amélioration de 6,5 % depuis 2009.

  • 25 %

    des décrocheurs québécois sont à Montréal.

    Cela représente 2 164 jeunes montréalais qui ont quitté l’école sans diplôme en 2014.

  • 28,9 %

    des enfants de la maternelle à Montréal sont vulnérables dans au moins un domaine de développement.

    Il s’agit d’une proportion supérieure à la moyenne québécoise de 25,6 %.

  • Près de
    84%

    des élèves québécois du primaire qui vivent dans les pires conditions de défavorisation habitent à Montréal.

    En moyenne, 25 245 familles montréalaises avec enfant de moins de 18 ans habitent une zone de défavorisation importante.

Cible ministérielle de diplomation pour 2020

77 %

Cible pour la région de Montréal, avant l’âge de 20 ans