Soutien aux élèves en difficulté

  • Facebook
  • Twitter
  • E-mail

La capacité pour une école d’intervenir auprès d’un jeune susceptible de décrocher a de l’importance dans le cadre de la prévention du décrochage scolaire. La recherche a démontré qu’il est possible de réduire de façon considérable le nombre d’élèves en difficulté, tant au plan des apprentissages qu’à celui du comportement, en organisant les services aux élèves selon une approche « enveloppante » (wraparound). Ce modèle de services et de soutien pour les jeunes en difficulté et leur famille mise sur la communauté en créant un réseau d’aide enveloppant autour d’eux. Le soutien aux élèves en difficulté est une responsabilité collective qui gagne à être envisagée dans une perspective territoriale.

Pistes d’action efficaces

  • Mettre en place des mécanismes de dépistage et d’intervention.
  • Mettre en place des modèles d’organisation qui prévoient des mesures à la fois universelles, ciblées et personnalisées.
  • Favoriser un climat propice à la réussite et aux apprentissages à l’école.
  • Développer une collaboration étroite avec la famille.
  • Établir des espaces de collaboration avec les partenaires de la communauté.
Notes

Source : Réunir Réussir

Documentation

Quelques données essentielles en persévérance scolaire

  • 78,1 %

    des élèves montréalais obtiennent un premier diplôme.

    Une amélioration de 10,4 % depuis 2009.

  • 18,1 %

    des jeunes montréalais décrochent avant d’avoir obtenu un premier diplôme.

    Une amélioration de 6,5 % depuis 2009.

  • 25 %

    des décrocheurs québécois sont à Montréal.

    Cela représente 2 164 jeunes montréalais qui ont quitté l’école sans diplôme en 2014.

  • 28,9 %

    des enfants de la maternelle à Montréal sont vulnérables dans au moins un domaine de développement.

    Il s’agit d’une proportion supérieure à la moyenne québécoise de 25,6 %.

  • Près de
    84%

    des élèves québécois du primaire qui vivent dans les pires conditions de défavorisation habitent à Montréal.

    En moyenne, 25 245 familles montréalaises avec enfant de moins de 18 ans habitent une zone de défavorisation importante.

Cible ministérielle de diplomation pour 2020

77 %

Cible pour la région de Montréal, avant l’âge de 20 ans