Quartier de résidence et voisinage

  • Facebook
  • Twitter
  • E-mail

Le quartier d’appartenance d’où proviennent les élèves influe sur leur développement. Ceux-ci ont tendance à se conformer aux caractéristiques du voisinage, en adoptant des modèles de comportement de l’entourage immédiat, positifs et négatifs. Les enfants et les jeunes vivant dans les quartiers les moins favorisés sont plus à risque d’éprouver des difficultés face aux exigences du milieu scolaire. D’ailleurs, les élèves décrocheurs sont plus nombreux à provenir de ces milieux. Le fait de vivre dans un quartier où la cohésion sociale est plus forte aurait une incidence positive sur la réussite scolaire des enfants.

Pistes d’action efficaces

  • Mettre en œuvre des activités favorisant l’intégration des familles à la vie de quartier.
  • Proposer des initiatives scolaires ou en service de garde auxquelles participent les familles et les organismes de la communauté.
  • Organiser des activités pour faciliter les différentes transitions des jeunes du quartier dans leurs parcours scolaire et personnel.
  • Mettre en place un système de démarchage pour rejoindre les familles plus difficiles à atteindre ou pour déterminer les nouvelles familles.
  • Offrir des activités de stimulation parents-enfants.
Notes

Source : Réunir Réussir

Documentation

Quelques données essentielles en persévérance scolaire

  • 78,1 %

    des élèves montréalais obtiennent un premier diplôme.

    Une amélioration de 10,4 % depuis 2009.

  • 18,1 %

    des jeunes montréalais décrochent avant d’avoir obtenu un premier diplôme.

    Une amélioration de 6,5 % depuis 2009.

  • 25 %

    des décrocheurs québécois sont à Montréal.

    Cela représente 2 164 jeunes montréalais qui ont quitté l’école sans diplôme en 2014.

  • 28,9 %

    des enfants de la maternelle à Montréal sont vulnérables dans au moins un domaine de développement.

    Il s’agit d’une proportion supérieure à la moyenne québécoise de 25,6 %.

  • Près de
    84%

    des élèves québécois du primaire qui vivent dans les pires conditions de défavorisation habitent à Montréal.

    En moyenne, 25 245 familles montréalaises avec enfant de moins de 18 ans habitent une zone de défavorisation importante.

Cible ministérielle de diplomation pour 2020

77 %

Cible pour la région de Montréal, avant l’âge de 20 ans