Les arts et la persévérance scolaire

  • Facebook
  • Twitter
  • E-mail
Les arts et la persévérance scolaire

Les élèves qui participent à des activités artistiques ont plus de chances de réussir : ils ont de meilleurs résultats scolaires, sont moins susceptibles de décrocher et deviennent des citoyens plus engagés.

Des changements porteurs de réussite | L’art et les déterminants de la persévérance scolaire | L’art réduit les écarts de réussite entre : les mieux et les moins nantis | les élèves immigrants et les autres élèves | les enfants vulnérables et les autres enfants | Quelques bénéfices particuliers des arts | Conditions de réussite | Initiatives | La pratique des arts : en action !  | Pour en savoir plus

 

Participation aux arts ? Accès à la culture ?
La participation à des activités artistiques et l’accès à la culture sont deux facettes essentielles de l’éducation globale de tout individu. Le dossier actuel se penche davantage sur la participation à des activités artistiques (ex. : créer une œuvre, jouer d’un instrument, prendre part à une chorégraphie, etc.). Les bénéfices de l’accès à la culture (visiter un musée, assister à une pièce de théâtre, écouter une œuvre musicale, etc.) seront traités dans une prochaine version.


 


Le lien entre l’art et la réussite éducative… en quelques mots ?

Consultez l’infographie !

 


 

L’art transforme et favorise la réussite de tous les élèves

Les élèves qui ont eu une éducation artistique au secondaire sont à 55 % plus susceptibles d’entreprendre des études postsecondaires1.

Chaque année additionnelle d’éducation aux arts dans le parcours du jeune augmente de 18 % cette probabilité de participation aux études supérieures2.

Plus d’activités = plus de réussite
La majorité des recherches concluent que multiplier les occasions de participer à des activités artistiques structurées accroît proportionnellement les chances de réussite des élèves.

L’art développe les compétences

Les arts soutiennent la réussite éducative en suscitant la motivation à apprendre, en favorisant l’engagement, en enseignant la discipline, en faisant découvrir des passions, en améliorant la capacité d’attention et en développant toutes sortes de compétences essentielles aux élèves dans leur cheminement personnel, scolaire et professionnel.

En effet, plusieurs des compétences acquises par l’entremise des arts serviront aux élèves bien longtemps après qu’ils auront terminé leurs études. Ce sont les compétences du 21e siècle telles la pensée critique, la créativité, la collaboration, la résolution de problèmes, la communication, le leadership3, etc., qui sont cruciales dans la société et le monde du travail.


Les arts permettent de développer la créativité, une compétence essentielle pour s’adapter aux situations du quotidien4.


L’art change le cerveau

La neuroscience a démontré que la pratique de certains arts, particulièrement la musique, transforme le cerveau dans sa structure et son fonctionnement, avec une incidence particulière sur les facultés intellectuelles. La pratique des arts contribue ainsi à l’amélioration des habiletés cognitives et, par conséquent, aux apprentissages dans différentes matières5.

L’art aide à retenir l’information

L’intégration des arts dans les matières de base (ex. : élaborer une pièce sur un événement historique, faire illustrer une portion d’un texte, etc.) montre également à quel point l’art peut aider à l’engagement des élèves, au renforcement des apprentissages et à la rétention de ce qui est enseigné6. L’intégration de la culture dans l’enseignement des matières (ex. : utiliser une œuvre pour expliquer une règle mathématique, baser une leçon de français sur une exposition muséale, etc.) est aussi un moyen reconnu d’accroître les apprentissages7.

L’art augmente la participation citoyenne

Les élèves qui ont eu des expériences riches en art au secondaire sont deux fois plus enclins à faire du bénévolat et 20 % plus susceptibles de voter8.

L’art améliore le bien-être mental et physique

Il est reconnu que l’art aide à réduire le stress, l’anxiété et la dépression, tout en améliorant la résilience9.

Un sondage auprès de 10 000 écossais a également révélé que les gens qui ont visité une institution culturelle ou participé à un événement au cours de l’année sont 60 % de fois plus susceptibles de s’estimer en bonne santé, quel que soit leur âge, leur revenu, leur statut socioéconomique, leur niveau d’éducation ou leur état physique10.


« Les Canadiens qui ont participé à des activités culturelles ou patrimoniales (concert, théâtre ou danse) en 2005 étaient 34 % de fois plus susceptibles de rendre service à un voisin que ceux qui n’y avaient pas participé. »

Signes vitaux : arts et appartenance11


 

 

L’art agit positivement sur les facteurs de la réussite éducative

Une multitude de facteurs ou situations influent sur le parcours des jeunes. L’éducation aux arts permet de miser sur l’incidence positive de plusieurs de ces facteurs pour réduire le risque de décrochage. Voici certains de ces facteurs :

Le rendement scolaire

[en savoir plus sur ce déterminant]

Plusieurs facteurs expliquent la contribution de l’art à l’amélioration de la performance scolaire des élèves, que ce soit l’acquisition de compétences et d’habiletés qui facilitent les apprentissages (ex. : développement des compétences en littératie, développement des fonctions cognitives) ou le développement d’habitudes et d’un état d’esprit propices aux études (ex. : motivation et discipline)12.

L’estime de soi

[en savoir plus sur ce déterminant]

Il est reconnu que la participation aux activités artistiques renforce la confiance et l’estime de soi chez les élèves qui ont des difficultés dans les matières de base, notamment en leur permettant de se découvrir des forces dans d’autres contextes et de vivre des succès à l’école13.

La motivation et l’engagement

[en savoir plus sur ce déterminant]

L’éducation aux arts permet d’accroître la motivation des élèves14. Une corrélation directe entre l’apprentissage de la musique et le développement de la motivation a d’ailleurs été constatée dans de nombreuses études.

La recherche révèle également qu’un intérêt pour l’art dramatique peut engendrer un haut niveau de motivation qui aide à développer la concentration et à améliorer les fonctions cognitives dans différents domaines15.

Il est toutefois intéressant de noter le rôle de l’art chez les élèves ayant un haut niveau d’engagement scolaire : une étude dans les écoles de Philadelphie a montré que ce niveau d’engagement est maintenu lors de la participation à un programme artistique, mais qu’il diminue de façon considérable si l’élève ne participe à aucun programme16.

Les aspirations scolaires et professionnelles

[en savoir plus sur ce déterminant]

L’expérience de différentes formes d’art permet de faire découvrir de nouvelles passions et d’ouvrir de nouveaux horizons professionnels17. En ce sens, l’art et la culture peuvent être source d’aspirations pour les élèves et devenir d’importants moteurs de persévérance scolaire.

Les compétences et les habiletés développées dans le cadre d’études en art donnent d’ailleurs accès à des perspectives de carrières intéressantes : une analyse de l’OCDE à partir des données d’une base internationale a permis de mettre en évidence que 54 % des diplômés en art occupent des emplois à haut potentiel d’innovation dans différents secteurs. La même étude signale que la capacité à innover est un élément essentiel pour la croissance de la société dans une économie du savoir18.

L’autocontrôle et les conduites sociales et comportementales

[en savoir plus sur ce déterminant]

La pratique de l’art a un effet reconnu sur la maîtrise de soi et le développement de comportements sociaux positifs. En effet, la recherche confirme l’apport de l’art à l’apprentissage de la régulation des émotions chez l’enfant, de même qu’à l’acquisition de compétences pro-sociales, réduisant ainsi le risque de développer des troubles comportementaux pouvant nuire à la réussite éducative du jeune19.

Sentiment dépressif

[en savoir plus sur ce déterminant]

Les bienfaits de différentes formes d’art pour la santé mentale sont bien documentés. Il est effectivement reconnu que l’expression artistique aide, entre autres,  à réduire le stress, l’anxiété et la dépression, tout en améliorant la résilience20.

Le climat scolaire

[en savoir plus sur ce déterminant]

De nombreux experts signalent l’amélioration du climat scolaire parmi les résultats positifs de la participation aux activités artistiques, soulignant que les activités parascolaires, dont les arts, sont un élément clé du développement du sentiment d’appartenance des élèves à l’école. Dans certain cas, il est noté que l’amélioration du climat scolaire pourrait aussi être attribuable à la collaboration et au respect qui s’instaurent entre les élèves dans le cadre des activités (ex. : participation à un orchestre, performance en danse, etc.)21.


Plus d’art, moins d’indiscipline
La recherche indique que chaque année additionnelle d’éducation aux arts est associée à une réduction de 20 % de la probabilité d’être expulsé de l’école22.

Une étude menée auprès de 10 548 élèves de 3e année du primaire à la 2e secondaire à Houston a aussi révélé que l’augmentation de la participation à des expériences artistiques a considérablement réduit la proportion d’élèves ayant reçu des mesures disciplinaires23.


 

 

L’art réduit les écarts de réussite

La possibilité de participation à des activités artistiques peut contribuer à réduire les inégalités sociales et scolaires entre certains groupes d’élèves en atténuant les effets néfastes de certains facteurs de risque chez les jeunes plus vulnérables.

Entre les élèves plus démunis et ceux plus favorisés

Les jeunes décrocheurs sont jusqu’à deux fois plus nombreux dans les quartiers défavorisés24.

Les résultats d’une étude longitudinale réalisée auprès de milliers d’élèves américains montrent que les élèves provenant de milieux défavorisés ont des taux de réussite voisinant, et parfois dépassant, ceux de la moyenne des élèves lorsqu’ils sont fortement exposés aux arts25.

Parmi les élèves défavorisés, ceux qui sont initiés aux arts sont…

5X moins susceptibles de décrocher

Taux des 13-17 ans qui n’ont pas terminé le secondaire
(comparativement à 7 % pour la moyenne des élèves)

  • Forte participation aux arts : 4 %
  • Faible participation aux arts : 22 %


Plus susceptibles d’entreprendre des études postsecondaires
 

Taux de participation à des études postsecondaires

  • Forte participation aux arts : 71 %
  • Faible participation aux arts : 48 %


3X plus susceptibles d’obtenir un baccalauréat

Taux d’obtention d’un baccalauréat
(comparativement à 27 % pour la moyenne des élèves)

  • Forte participation aux arts : 17 %
  • Faible participation aux arts : 5 %


50 % plus nombreux à se projeter dans des carrières professionnelles (enseignement, médecine, gestion, etc.)

Proportion de jeunes aspirant à des carrières professionnelles
(comparativement à 38,7 % pour la moyenne des élèves)

  • Forte participation aux arts : 49,5 %
  • Faible participation aux arts : 21,1 %


Et… plus susceptibles de lire le journal !

Proportion d’élèves de 2e secondaire lisant le journal au moins 1 fois par semaine
(comparativement à 66 % pour la moyenne des élèves)

  • Forte participation aux arts : 73 %
  • Faible participation aux arts : 44 %

 


Le statut socioéconomique de la famille : déterminant d’une participation marquée aux arts

  • La probabilité d’être fortement exposé aux arts est deux fois plus élevée dans les familles favorisées.
  • La probabilité d’être faiblement exposé aux arts est deux fois plus élevée dans les familles défavorisées.

Entre les élèves issus de l’immigration et les autres élèves

Plusieurs facteurs agissent sur l’intégration des jeunes issus de l’immigration ainsi que sur leur persévérance scolaire : arriver en cours de scolarité secondaire, devoir apprendre le français, avoir vécu de l’adversité, etc.

L’art et la culture sont des outils puissants pour soutenir leur intégration ainsi que celle de leur famille, tout en leur permettant de réfléchir à leur expérience avec une certaine distance, dans un lieu sûr.

Un pont entre les immigrants et la société d’accueil

L’accès à la culture joue un rôle important pour aider les nouveaux arrivants à connaître leur société d’accueil et à créer des liens plus facilement avec leurs nouveaux compatriotes ainsi que pour renforcer leur sentiment d’appartenance.

Un moyen de communication et d’expression

Pour les jeunes qui doivent s’adapter à une nouvelle vie et à une nouvelle langue, l’art permet de surmonter les barrières linguistiques en communiquant de façon non verbale. Lors de situations affligeantes, l’art permet aussi d’exprimer une émotion ou un état dont il est difficile de parler.


« Lorsque les mots manquent ou ne suffisent pas, l’art prend tout son sens. »

– Alexandra Perras-Chenail, Favoriser par l’art l’adaptation et l’intégration des jeunes issus de l’immigration


Un moyen de guérison

Les traumatismes vécus par les réfugiés avant, pendant et après la migration sont nombreux et les études laissent entrevoir que ceux-ci ont des niveaux de stress post-traumatique et de dépression considérables. Cela se manifeste généralement chez les enfants par des signes d’hyperactivité, de dépression, d’angoisse ainsi que par une difficulté à créer des liens avec les autres.

Pour ces jeunes, l’expression artistique permet « d’explorer des souvenirs et des émotions de manière subtile et symbolique […] en leur offrant un espace sûr où évacuer des symptômes traumatiques éprouvants ». Les résultats de ces expériences suggèrent que les activités artistiques sont associées à une meilleure estime de soi et à une diminution des symptômes émotionnels et comportementaux.

Cette thérapie est aussi associée à une amélioration marquée de la performance scolaire.

Entre les enfants vulnérables et les enfants moins à risque

À Montréal, 28,5 % des enfants de la maternelle sont vulnérables dans au moins un domaine de leur développement.

Les études démontrent que les arts peuvent jouer un rôle important pour favoriser le développement des tout-petits et réduire le risque de vulnérabilité, diminuant ainsi la probabilité de difficultés dans le parcours scolaire et, ultimement, de décrochage*.

Chez les tout-petits, la pratique des arts est généralement une activité réalisée avec un parent, un enseignant ou d’autres enfants. L’expérience contribue ainsi à favoriser leur développement dans plusieurs domaines, surtout sur le plan des compétences sociales (entraide, partage, empathie, etc.).

La recherche indique de plus que le jeu dramatique (ex. : mise en scène d’une histoire) crée un espace fictif qui permet particulièrement aux enfants de pratiquer la communication et le contrôle des émotions. Les activités de danse ont aussi montré des résultats similaires sur le plan du développement des compétences sociales et émotionnelles chez les tout-petits.

Les études montrent aussi que le jeu dramatique contribue au développement des compétences en littératie chez les tout-petits et augmente leur motivation à apprendre. Parallèlement, la danse est également utilisée pour soutenir la préparation à la lecture.
D’autre part, la participation à des activités d’arts plastiques aide également au développement de la motricité globale et de la motricité fine.

Enfin, des études neurologiques révèlent qu’un prédicteur important de la conscience phonologique et de l’éveil à la lecture et à l’écriture est corrélé à l’apprentissage de la musique et au développement du cerveau, soulignant le lien entre la formation musicale et l’apprentissage de la lecture.

 

Quelques exemples de bénéfices selon l’art pratiqué

La participation à des activités artistiques favorise le développement de plusieurs compétences et habiletés37.

Il importe de noter que les développements répertoriés dans cette section ne sont pas exhaustifs.

Musique  Arts plastiques Arts dramatiques Danse
  • Compétences en mathématiques, en sciences et en langue
  • Compétences en lecture
  • Estime de soi
  • Confiance en soi
  • Discipline
  • Motivation générale et motivation intrinsèque
  • Climat scolaire
  • Amélioration des fonctions exécutives
  • Soutien à l’éveil à la lecture et à l’écriture
  • Motricité fine
  • Motricité globale
  • Adaptabilité
  • Prise de décision
  • Prise de risque
  • Patience
  • Concentration
  • Connaissance de soi
  • Compétences en littératie
  • Communication verbale
  • Motivation
  • Concept de soi
  • Habileté à comprendre d’autres perspective
  • Empathie
  • Tolérance
  • Collaboration
  • Préparation à la lecture
  • Communication non-verbale
  • Intégration sociale
  • Collaboration
  • Tolérance
La musique

De nombreuses recherches se sont penché sur la relation positive entre la musique et les résultats en mathématiques. Une vaste étude auprès d’une cohorte de plus de 110 000 élèves canadiens a conclu que la participation à un cours de musique est associée à de meilleurs résultats scolaires en mathématiques, en sciences et en anglais (langue d’enseignement), et ce, sans égard à la performance scolaire précédente, au sexe, à la provenance culturelle et au statut socioéconomique. Cette association est encore plus marquée pour la musique instrumentale que pour la musique vocale et repose sur une participation de longue durée. Par ailleurs, plus la participation musicale est élevée, plus les résultats aux examens le sont aussi.

La neuroscience confirme de plus un lien entre la musique et la littératie : chez les enfants qui ont reçu une formation musicale, le niveau de compétence en lecture est proportionnel au niveau de formation en musique.

La pratique de la musique fait intervenir plusieurs processus liés aux fonctions exécutives, notamment sur le plan de la mémoire et de la planification, qui interviennent dans de nombreux apprentissages scolaires. Les études neurologiques montrent de plus que la pratique de la musique transforme le cerveau dans sa structure et dans son fonctionnement, ce qui peut expliquer le développement des processus cognitifs et l’amélioration de la performance scolaire.

D’autres hypothèses soumettent que la pratique de la musique renforce le développement d’habitudes efficaces contribuant à une hausse de motivation dans les autres matières.

De plus, puisque la musique d’ensemble repose sur la collaboration, la pratique musicale dans ce contexte est associée à une amélioration du climat scolaire et des relations sociales.

De jeunes musiciens  l’Académie Saint-Clément  (Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys) accompagnent le jeu d’acteurs de l’école Royal Vale (Commission scolaire English-Montréal), dans le cadre d’une collaboration artistique interdisciplinaire – Lancement montréalais des Journées de la persévérance scolaire 2020 au Musée des beaux-arts de Montréal.
Photo : Sylvain Légaré

Des élèves du projet CoOpéra présentent un hommage à Laurent Duvernay-Tardif au lancement montréalais des Journées de la persévérance scolaire 2020.
Photo : Sylvain Légaré

Les arts plastiques

En plus de la créativité, les arts plastiques développent la mémoire spatiale et visuelle.

En outre, la nécessité de faire des choix est inhérente à la pratique des arts plastiques : l’outil utilisé, les couleurs privilégiées, le moyen de représenter l’idée, etc. Cette forme d’art développe ainsi la capacité à prendre des décisions.

De plus, puisque de nombreux changements surviennent tout au long du processus entre la conception de l’œuvre et sa finalisation, l’art fait aussi appel à la capacité à s’adapter.

Enfin, l’œuvre d’art exprime une perspective personnelle et unique et favorise donc, tout au long de son élaboration, une meilleure connaissance de soi.

D’un point de vue thérapeutique, les arts créatifs permettent d’imaginer différentes possibilités à l’extérieur du moment présent, une capacité particulièrement bénéfique lors de périodes d’adversité. Les études démontrent également que les arts visuels activent particulièrement le système de récompense du cerveau, ce qui fait que l’activité est perçue comme une expérience plaisante.

Oeuvres des élèves de l’école secondaire de la Pointe-aux-Trembles (Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île) réalisées pour le lancement montréalais des Journées de la persévérance scolaire 2020 au Musée des beaux-arts de Montréal.

Oeuvres réalisées dans le cadre d’un atelier d’estampe à l’école secondaire Lindsay Place (Commission scolaire Lester-B.-Pearson) – Lancement montréalais des Journées de la persévérance scolaire 2020 au Musée des beaux-arts de Montréal.
Photo : Sylvain Légaré

L’art dramatique

De son côté, l’art dramatique est reconnu pour contribuer au développement de l’empathie et de la compréhension de différentes perspectives alors que les élèves sont appelés à se mettre à la place de quelqu’un d’autre.

C’est aussi un art qui offre plusieurs bénéfices quant au développement des compétences en littératie, notamment sur le plan de la lecture, de la compréhension écrite et de la compréhension de l’histoire.

Parmi les autres apports possibles signalés pour cette forme d’art, notons qu’un intérêt pour les arts dramatiques peut également provoquer un haut niveau de motivation qui aide au développement de la concentration et à l’amélioration des fonctions cognitives dans différents domaines.

Prestation d’élèves de l’école Royal Vale (Commission scolaire English-Montréal), dans le cadre d’une collaboration artistique interdisciplinaire avec l’Académie Saint-Clément  (Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys) – Lancement montréalais des Journées de la persévérance scolaire 2020 au Musée des beaux-arts de Montréal.
Photo : Sylvain Légaré

La danse

De nombreuses écoles ayant ajouté des programmes de danse à leur curriculum ont signalé une amélioration de la capacité des élèves à coopérer, de même qu’une meilleure tolérance des autres et une augmentation du respect entre les jeunes.

Rappelons également que la danse promeut l’activité physique, dont les bénéfices sur la santé, sur le bien-être, sur la concentration et sur le comportement en classe sont bien connus.

« Résilience » – Prestation d’élèves de l’école FACE (Commission scolaire de Montréal)
 au lancement montréalais des Journées de la persévérance scolaire 2020
au Musée des beaux-arts de Montréal.
Photo : Sylvain Légaré

Des conditions de réussite : la structure et le degré d’exposition

Si les études sont majoritairement unanimes sur les bénéfices de la pratique des arts, elles le sont tout autant sur les conditions de réussite : comme toute pratique gagnante, les activités artistiques doivent être structurées et la participation doit être soutenue dans le temps. L’ampleur des bénéfices est ainsi corrélée au degré d’exposition aux arts.

 

Initiatives

Reflétant le rôle essentiel de l’art et de la culture pour la réussite des jeunes, plusieurs initiatives montréalaises permettent aux élèves de profiter des bienfaits inhérents à la pratique des arts et à l’accès à la culture.
(Veuillez noter que cette liste est incomplète et continuera à grandir !)


Des pratiques artistiques et culturelles pour une plus grande justice sociale

Une école montréalaise pour tous  a développé  une expertise en matière de pratiques artistiques et culturelles, en partenariat continu avec le milieu culturel montréalais.

—->Apprenez-en davantage sur les pratiques et les approches d’UEMPT.


 

La pratique des arts : en action !

Voici quelques exemples des nombreuses pratiques artistiques dans les écoles montréalaises. (Les vidéos ci-dessous nous ont été transmises à l’occasion du lancement montréalais des Journées de la persévérance scolaire)

La danse : s’exprimer pour mieux réussir
Trois élèves initiées à l’univers de la danse contemporaine dans le cadre du projet de médiation culturelle « Alors, on tourne ? » parlent de ce que la danse leur apporte. Une vidéo de Circuit-Est, réalisée en collaboration avec la Commission scolaire de Montréal.

« Mon école est mon fort »: une hymne à la persévérance scolaire
Les élèves de 5e année de l’école Émile-Nelligan, épaulés par John R. Cadet, enseignant d’art dramatique et Vanessa Gippert technicienne en éducation spécialisée, ont réalisé le vidéo-clip d’une chanson sur la persévérance, les efforts et l’importance de croire en soi.

Arts et persévérance scolaire – Les arts plastiques
Alyssandra, Thimothée et Audrey-Ann, de l’école secondaire de la Pointe-aux-Trembles, témoignent de ce que l’art représente pour eux et de ce qu’ils retirent de leur participation aux activités artistiques. Cette vidéo est une réalisation de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île.

Atelier d’estampe à l’école secondaire Lindsay Place
Cette vidéo montre les élèves de l’école secondaire Lindsay Place à l’oeuvre dans le cadre d’un atelier d’estampe au studio Hi-Innovation. Découvrez leurs oeuvres d’art ! Cette vidéo est une réalisation de la Commission scolaire Lester-B.Pearson.

 

Pour en savoir plus

 


*Il importe de noter que les élèves dits vulnérables peuvent posséder un bagage d’expériences différent de celui attendu par l’école. Soulignons de plus qu’un enfant vulnérable n’est pas prédestiné à l’échec et qu’un soutien approprié peut faciliter son cheminement vers la réussite.

1. Kenneth Elpus, ‟Arts Education and Positive Youth Development: Cognitive, Behavioral, and Social Outcomes of Adolescents who Study the Arts”, 2013.

2. Ibid.

3. Thomas Bastien, Anik Meunier, Julie Rose et Catherine Quintal, Des écoles, une journée à la fois!, UQAM, GREM, CREDO et MBAM.

4. « Les arts à l’école : ‟juste” du bricolage? », La Presse, 7 mai 2018.

5. James S. Catterall, Richard Chapleau, John Iwanaga, ‟Involvement in the Arts and Human Development: General Involvement and Intensive Involvement In Music and Theatre Arts”, The Imagination Project at UCLA Graduate School of Education & Information Studies, University of California at Los Angeles, July 1999. | Guhn, M., Emerson, S. D., & Gouzouasis, P., ‟A Population-Level Analysis of Associations Between School Music Participation and Academic Achievement”, Journal of Educational Psychology, 2019, June 24. | Mariale Hardiman, Ed.D., Susan Magsamen, Guy McKhann, M.D., and Janet Eilber, ‟Neuroeducation : Learning, Arts, and the Brain – Finding s and Challenges for Educators and Researchers from the 2009 Johns Hopkins University Summit”, Dana Press, 2009.

6. ‟How Integrating Arts Into Other Subjects Makes Learning Come Alive”, KQED, January 13, 2015.

7. Anik Meunier et Frédérique Bédard Daneau, Le projet pilote Musée-école du Musée des beaux-arts de Montréal, GREM-UQAM.

8. Andrew Mowlah, Vivien Niblett, Jonathon Blackburn and Marie Harris, ‟The value of arts and culture to people and society: an evidence review”, Arts Council England, March 2014.

9. ‟The healing power of art”, Harvard health Publishing, July 2017.

10. Andrew Mowlah, Vivien Niblett, Jonathon Blackburn and Marie Harris, ‟The value of arts and culture to people and society: an evidence review”, Arts Council England, March 2014.

11. Signes vitaux : arts et appartenance, Fondations communautaires du Canada et Association canadienne des organismes artistiques (CAPACOA), avril 2017.

12. James S. Catterall, Richard Chapleau, John Iwanaga, ‟Involvement in the Arts and Human Development: General Involvement and Intensive Involvement In Music and Theatre Arts”, The Imagination Project at UCLA Graduate School of Education & Information Studies, University of California at Los Angeles, July 1999. | James S. Catterall (University of California Los Angeles) with Susan A. Dumais (Louisiana State University) and Gillian Hampden-Thompson (University of York U.K.), ‟The Arts and Achievement in At-Risk Youth: Findings from Four Longitudinal Studies”, National Endowment for the Arts, March 2012 | Sandra S. Ruppert, ‟Critical Evidence: How the ARTS Benefit Student Achievement”, National Assembly of State Arts Agencies and the Arts Education Partnership, 2006. | Guhn, M., Emerson, S. D., & Gouzouasis, P., ‟A Population-Level Analysis of Associations Between School Music Participation and Academic Achievement”, Journal of Educational Psychology, 2019, June 24.

13. Mariale Hardiman, Ed.D., Susan Magsamen, Guy McKhann, M.D., and Janet Eilber, ‟Neuroeducation : Learning, Arts, and the Brain – Finding s and Challenges for Educators and Researchers from the 2009 Johns Hopkins University Summit”, Dana Press, 2009. | « Pourquoi apprendre les arts à l’école? », Alloprof, 22 février 2018. | Alexandra Perras-Chenail, Favoriser par l’art l’adaptation et l’intégration des jeunes issus de l’immigration : étude de quelques projets dans les organismes communautaires et dans le milieu scolaire montréalais, janvier 2008.

14. Kimberley Brown, ‟Dropout Prevention: The Power of Art to Engage”, National Dropout Prevention Center/Network, October 2017.

15. Mariale Hardiman, Ed.D., Susan Magsamen, Guy McKhann, M.D., and Janet Eilber, ‟Neuroeducation : Learning, Arts, and the Brain – Finding s and Challenges for Educators and Researchers from the 2009 Johns Hopkins University Summit”, Dana Press, 2009

16. Kimberley Brown, ‟Dropout Prevention: The Power of Art to Engage”, National Dropout Prevention Center/Network, October 2017.

17. Douglas Israel, ‟Staying in School: Arts Education and New York City High School Graduation Rates”, The Center for Arts Education, 2009.

18. Winner, E., T. Goldstein and S. Vincent-Lancrin, ‟Art for Art’s Sake? Overview”, OECD Publishing, 2013.

19. Andrew Mowlah, Vivien Niblett, Jonathon Blackburn and Marie Harris, ‟The value of arts and culture to people and society: an evidence review”, Arts Council England, March 2014. | Kimberley Brown, ‟Dropout Prevention: The Power of Art to Engage”, National Dropout Prevention Center/Network, October 2017. | Melissa Menzer, ‟The arts in early childhood: social and emotional benefits of arts participation, a literature review and gap-analysis (2000-2015)”, National Endowment for the Arts, December 2015.

20. ‟Feeling Artsy? Here’s How Making Art Helps Your Brain”, NPR (National Public Radio), January 11, 2020. | Signes vitaux : arts et appartenance, Fondations communautaires du Canada et Association canadienne des organismes artistiques (CAPACOA), avril 2017. | Guhn, M., Emerson, S. D., & Gouzouasis, P., ‟A Population-Level Analysis of Associations Between School Music Participation and Academic Achievement”, Journal of Educational Psychology, 2019, June 24. | ‟The healing power of art”, Harvard health Publishing, July 2017.

21. ‟New evidence of the benefits of arts education”, Brookings, February 12, 2019. | Guhn, M., Emerson, S. D., & Gouzouasis, P., ‟A Population-Level Analysis of Associations Between School Music Participation and Academic Achievement”, Journal of Educational Psychology, 2019, June 24. | ‟Why dance is just as important as math in school”, Ideas.Ted.Com, March 21, 2018.

22. Kenneth Elpus, ‟Arts Education and Positive Youth Development: Cognitive, Behavioral, and Social Outcomes of Adolescents who Study the Arts”, 2013.

23. Daniel H. Bowen, Ph.D. and Brian Kisida, Ph.D., ‟Investigating Causal Effects of Arts Education Experiences: Experimental Evidence from Houston’s Arts Access Initiative”, Research Report for the Houston Independent School District, Volume No. 7, Issue No. 4, February, 2019.

24. Réunir Réussir, Pour agir efficacement sur les déterminants de la persévérance scolaire et de la réussite éducative, fiche 17: Quartier de résidence et voisinage, 2013.

25. James S. Catterall (University of California Los Angeles) with Susan A. Dumais (Louisiana State University) and Gillian Hampden-Thompson (University of York U.K.), ‟The Arts and Achievement in At-Risk Youth: Findings from Four Longitudinal Studies”, National Endowment for the Arts, March 2012.

26. James S. Catterall, Richard Chapleau, John Iwanaga, ‟Involvement in the Arts and Human Development: General Involvement and Intensive Involvement In Music and Theatre Arts”, The Imagination Project at UCLA Graduate School of Education & Information Studies, University of California at Los Angeles, July 1999.

27. Signes vitaux : arts et appartenance, Fondations communautaires du Canada et Association canadienne des organismes artistiques (CAPACOA), avril 2017. | Daniel Hiebert et Bronwyn Bragg, Le rôle de la culture et des arts comme cadre et outil d’établissement, Commission canadienne pour l’UNESCO, janvier 2018.

28. Alexandra Perras-Chenail, Favoriser par l’art l’adaptation et l’intégration des jeunes issus de l’immigration : étude de quelques projets dans les organismes communautaires et dans le milieu scolaire montréalais, janvier 2008. | Daniel Hiebert et Bronwyn Bragg, Le rôle de la culture et des arts comme cadre et outil d’établissement, Commission canadienne pour l’UNESCO, janvier 2018.

29. Daniel Hiebert et Bronwyn Bragg, Le rôle de la culture et des arts comme cadre et outil d’établissement, Commission canadienne pour l’UNESCO, janvier 2018. | Cécile Rousseau, Louise Lacroix, and Aline Drapeau, ‟Evaluation of a classroom program of creative expression workshops for refugee and immigrant children”, Journal of Child Psychology and Psychiatry, March 2005.

30. Cécile Rousseau, Louise Lacroix, ‟Creative Expression Workshops in School: Prevention Programs for Immigrant and Refugee Children”, The Canadian child and adolescent psychiatry review, September 2005.

31. Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle 2017, 2018.

32. Melissa Menzer, ‟The arts in early childhood: social and emotional benefits of arts participation, a literature review and gap-analysis (2000-2015)”, National Endowment for the Arts, December 2015.

33. Ibid.

34. Sandra S. Ruppert, ‟Critical Evidence: How the ARTS Benefit Student Achievement”, National Assembly of State Arts Agencies and the Arts Education Partnership, 2006. | Andrew Mowlah, Vivien Niblett, Jonathon Blackburn and Marie Harris, ‟The value of arts and culture to people and society: an evidence review”, Arts Council England, March 2014.

35. « Pourquoi apprendre les arts à l’école? », Alloprof, 22 février 2018. | Melissa Menzer, ‟The arts in early childhood: social and emotional benefits of arts participation, a literature review and gap-analysis (2000-2015)”, National Endowment for the Arts, December 2015.

36. Mariale Hardiman, Ed.D., Susan Magsamen, Guy McKhann, M.D., and Janet Eilber, ‟Neuroeducation : Learning, Arts, and the Brain – Finding s and Challenges for Educators and Researchers from the 2009 Johns Hopkins University Summit”, Dana Press, 2009.

37. Les bénéfices répertoriés dans cette section proviennent des références citées ci-dessus.