Ressources du milieu

  • Facebook
  • Twitter
  • E-mail

Les jeunes décrocheurs proviennent, le plus souvent, de milieux socioéconomiques défavorisés, où l’accès à des services peut s’avérer problématique. Afin de compenser la défavorisation sociale et matérielle engendrée par la pauvreté et la faible cohésion sociale de ces quartiers, les ressources communautaires agissent comme un filet de sécurité pour les familles et les jeunes en leur offrant un soutien et une réponse à leurs besoins, tout en prévenant l’abandon scolaire.

Pistes d’action efficaces

  • Assurer l’élaboration de planifications stratégiques régionales-locales dans toutes les régions et sur tous les territoires du Québec, de façon à offrir un meilleur accès et une meilleure continuité des services de la naissance à la fin du secondaire.
  • Offrir des ressources pour accompagner les parents de milieux défavorisés dans leur rôle d’encadrement scolaire, en collaboration avec l’école.
  • Sensibiliser les employeurs du quartier à l’importance de l’éducation pour les jeunes de la communauté.
  • Mettre en place des services pour développer les aspirations scolaires et professionnelles des jeunes et de leurs parents.
  • S’assurer que le jeune évolue dans un milieu de vie sain et sécuritaire, exempt de violence et de négligence.
Notes

Source : Réunir Réussir

Documentation

Quelques données essentielles en persévérance scolaire

  • 78,1 %

    des élèves montréalais obtiennent un premier diplôme.

    Une amélioration de 10,4 % depuis 2009.

  • 18,1 %

    des jeunes montréalais décrochent avant d’avoir obtenu un premier diplôme.

    Une amélioration de 6,5 % depuis 2009.

  • 25 %

    des décrocheurs québécois sont à Montréal.

    Cela représente 2 164 jeunes montréalais qui ont quitté l’école sans diplôme en 2014.

  • 28,9 %

    des enfants de la maternelle à Montréal sont vulnérables dans au moins un domaine de développement.

    Il s’agit d’une proportion supérieure à la moyenne québécoise de 25,6 %.

  • Près de
    84%

    des élèves québécois du primaire qui vivent dans les pires conditions de défavorisation habitent à Montréal.

    En moyenne, 25 245 familles montréalaises avec enfant de moins de 18 ans habitent une zone de défavorisation importante.

Cible ministérielle de diplomation pour 2020

77 %

Cible pour la région de Montréal, avant l’âge de 20 ans