Alimentation et activités physiques

  • Facebook
  • Twitter
  • E-mail

Plusieurs recherches ont permis d’établir des liens entre le développement de saines habitudes de vie, l’état de santé des jeunes et le risque de décrochage scolaire. Une alimentation inadéquate et un comportement sédentaire peuvent interférer avec l’apprentissage et la réussite scolaire.

Pistes d’action efficaces

  • Établir une collaboration stratégique entre les intervenants des secteurs de la santé, de l’éducation et de la famille.
  • Proposer des activités qui plaisent aux filles comme aux garçons.
  • Établir des ententes avec certains organismes qui disposent d’installations et d’équipements afin d’en faciliter l’utilisation par et dans la communauté.
  • Faciliter la mise en place du transport actif.
  • Promouvoir les saines habitudes de vie à petite et à grande échelles.
Notes

Source : Réunir Réussir

Documentation

Quelques données essentielles en persévérance scolaire

  • 78,1 %

    des élèves montréalais obtiennent un premier diplôme.

    Une amélioration de 10,4 % depuis 2009.

  • 18,1 %

    des jeunes montréalais décrochent avant d’avoir obtenu un premier diplôme.

    Une amélioration de 6,5 % depuis 2009.

  • 25 %

    des décrocheurs québécois sont à Montréal.

    Cela représente 2 164 jeunes montréalais qui ont quitté l’école sans diplôme en 2014.

  • 28,9 %

    des enfants de la maternelle à Montréal sont vulnérables dans au moins un domaine de développement.

    Il s’agit d’une proportion supérieure à la moyenne québécoise de 25,6 %.

  • Près de
    84%

    des élèves québécois du primaire qui vivent dans les pires conditions de défavorisation habitent à Montréal.

    En moyenne, 25 245 familles montréalaises avec enfant de moins de 18 ans habitent une zone de défavorisation importante.

Cible ministérielle de diplomation pour 2020

77 %

Cible pour la région de Montréal, avant l’âge de 20 ans